41QGM0zR-cL._SX210_

Résumé :

Une femme a disparu. Sa voiture est retrouvée au départ d’un sentier de randonnée qui fait l’ascension vers le plateau où survivent quelques fermes habitées par des hommes seuls. Alors que les gendarmes n’ont aucune piste et que l’hiver impose sa loi, plusieurs personnes se savent pourtant liées à cette disparition. Tour à tour, elles prennent la parole et chacune a son secret, presque aussi précieux que sa propre vie. Et si le chemin qui mène à la vérité manque autant d’oxygène que les hauteurs du ciel qui ici écrase les vivants, c’est que cette histoire a commencé loin, bien loin de cette montagne sauvage où l’on est séparé de tout, sur un autre continent où les désirs d’ici battent la chamade.

Mon avis :

Nous voilà plongé au cœur du Causse, sa montagne, ses brebis, ses vaches, ses agriculteurs. Si on ferme les yeux, on s’y croirait, dans cette ambiance lugubre, où le vent souffle et où la neige recouvre tout en hiver.

C’est un récit poignant. Déroutant. L’auteur emploie le « je » tout au long du livre. Pourtant, la 1ere partie parle d’une femme ! Et c’est merveilleusement bien raconté. Alice, assistante sociale, mariée à Michel, agriculteur qui passe plus de temps avec ses vaches qu’avec elle, va aider Joseph, éleveur de brebis solitaire et bourru à sortir de sa dépression.

Il y a Evelyne, qui disparait mystérieusement. Enfin, ce n’est pas un mystère pour le lecteur, elle devient un personnage à part entière durant quelques pages (son cadavre surtout).

On croise également le destin de Maribé ou d’Armand. Ces personnages tellement bien travaillés et racontés. Colin nous entraîne dans une histoire réaliste, actuelle, réelle, bien au delà des frontières du Causse, il tisse une intrigue autour d’un cadavre.

Ces personnages se croisent, leurs vies se télescopent, on est porté par le récit, par cette plume envoutante, et puis, tout à la fin, on comprend enfin toutes les subtilités de ces tranches de vie.

Un auteur que je n’avais jamais lu, dont j’avais entendu parlé, présent à Sang d’encre cette année, je vais pouvoir lui dire un grand merci pour ce moment de lecture fantastique. Ou comment dégoter une pépite au fin fond de sa PAL.

Publicités