Mes chroniques

« Fantazmë » de Niko TACKIAN

20180112_170033

Résumé :

Une nouvelle enquête du commandant Tomar Khan.
Comment être un bon flic quand les victimes sont aussi des bourreaux ?

Janvier 2017. Dans une cave du 18e arrondissement de Paris, un homme est retrouvé, battu à mort. Sur place, beaucoup d’empreintes et un ADN ne correspondant à rien dans les fichiers de police. Le commandant Tomar Khan pense à un règlement de compte. Le genre d’enquête qui restera en suspens des années, se dit-il.
Mais voilà, l’ADN relevé sur les lieux a déjà été découvert sur le corps d’un dealer albanais, battu à mort dans une cave lui aussi. Et bientôt la rumeur court dans les quartiers chauds de Paris, celle d’un tueur insaisissable, un Fantazmë, le « spectre » en albanais.
Tomar et son équipe se lancent dans l’enquête et seront très vite troublés par le parcours des victimes, qui de leur vivant cultivaient carrément le sordide. Pourtant Tomar s’accroche à son devoir de flic, d’autant plus que son avenir lui semble menacé : un lieutenant teigneux de l’IGPN, la police des polices, a convoqué son adjointe, Rhonda, pour l’interroger sur un couteau, une pièce à conviction dans une affaire de meurtre mystérieusement disparue des Archives. Or, ce couteau, c’est celui de Tomar, et si on remonte jusqu’à lui…

Mon avis :

On retrouve les protagonistes de « Toxique » (lien vers ma chronique ci-dessous), mais si vous n’avez pas lu ce dernier, certes vous loupez quelque chose, mais vous ne serez pas perdu dans votre lecture.

https://soniaboulimiquedeslivres.wordpress.com/2017/02/13/toxique-de-nicolas-tackian/

J’avais achevé « Toxique » en m’interrogeant sur l’avenir de Tomar Khan, commandant de police borderline. C’est avec joie que je l’ai retrouvé dans « Fantazmë », aux prises avec de nombreux fantômes.

Il y a tout d’abord la traque du spectre, insaisissable, sombre histoire de vengeance, à la sauce réfugiés, migrants, trafic de prostituées, mafia albanaise. On colle à l’actu, avec les attentats terroristes ou encore le devenir de tous ceux qui fuient leur pays en guerre, pour devenir des fantômes dans notre pays, sans papiers, sans nom, sans avenir, ils n’existent pas pour notre société.

Ensuite, Tomar se bat contre ses propres fantômes, surgissant de son passé. Son phare pour le protéger de la tourmente, Rhonda, va l’aider comme elle le peut, lui apportant tout son amour et un soutien sans faille, mettant même sa carrière en péril. On retrouve Bob, effrayant, faisant penser à un zombie, mais pourtant diablement drôle. Eric, un autre « fantôme », a joué un petit rôle dans cette partition, pourtant son histoire m’a beaucoup touchée.

Que dire du spectre ? Que malgré toutes les atrocités dont il a fait preuve, je l’ai apprécié quand même. Car il y a tout un passé douloureux expliquant son passage du côté du mal. Cela n’excuse rien, mais malgré tout, j’ai été émue et ébranlée par ce personnage.

C’est écrit d’une main de maître, sans temps morts, de manière très visuelle (trop parfois…Déformation professionnelle de Niko ?) En tous cas, ça matche, et vraiment bien. Il enchaine les chapitres, alternant enquête, plongée dans la tête de ses personnages, repères d’actualité, scènes de règlements de compte, et au milieu de tout ça, il y a de l’amour. L’amour de Tomar pour sa mère, femme admirable, au passé de peshmerga, et l’amour de Tomar pour Rhonda, liés par un secret qui risque fort bien de les mener tout droit sous les verrous.

Je remercie les Editions Calmann-Levy et Netgalley pour cette lecture !

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s