« La fille du roi des marais » de Karen DIONNE

-PAXP-deijE-PAXP-deijEmarais

Résumé :

Enfin, Helena a la vie qu’elle mérite  ! Un mari aimant, deux ravissantes petites filles, un travail qui occupe ses journées. Mais quand un détenu s’évade d’une prison de sa région, elle mesure son erreur  : comment a-t-elle pu croire qu’elle pourrait tirer un trait sur son douloureux passé  ?
Car Helena a un secret  : elle est l’enfant du viol. Sa mère, kidnappée adolescente, a été retenue prisonnière dans une cabane cachée au fond des marais du Michigan, sans électricité, sans chauffage, sans eau courante. Née deux ans plus tard, Helena aimait cette enfance de sauvageonne. Et même si son père était parfois brutal, elle l’aimait aussi… jusqu’à ce qu’elle découvre toute sa cruauté.
Vingt ans après, elle a enfoui ses souvenirs si profondément que même son mari ignore la vérité. Mais aujourd’hui son père a tué deux gardiens de prison et s’est volatilisé dans les marais, une zone qu’il connaît mieux que personne. Malgré la chasse à l’homme lancée par les autorités, Helena sait que la police n’a aucune chance de l’arrêter. Parce qu’elle a été son élève, la seule personne capable de retrouver cet expert en survie, que la presse a surnommé Le Roi des Marais, c’est sa fille.

Mon avis :

Ce roman, c’est tout d’abord une ambiance. Les marais du Michigan, hostiles, les hivers rigoureux, les cabanes en bois, les sycomores, la culture Ojibwe, les ours, la chasse, la pêche. On enfilerait presque un manteau en peau de renne. Ensuite, il y a Jacob, cet homme à la personnalité étonnante. Qui kidnappe une fillette pour en faire sa compagne dans sa cabane au milieu des bois, capable de la pire cruauté mais également d’affection vis à vis de sa fille, Héléna, née de cette captivité.

Aujourd’hui, Héléna a refait sa vie, changé de nom, caché son passé à tous ses proches. Lorsque son père s’évade de prison, elle part à sa recherche dans les marais où elle a vécu une enfance peuplée de drames, mais également de joie et de bonheur. Au fil de la traque, Héléna se replonge dans son passé et ses souvenirs. Alternant présent et passé, entrecoupé de passages d’un conte d’Andersen, ce huis clos en pleine nature nous bouleverse.

La résilience, le syndrome de Stockholm, le manque d’affection dans l’enfance, la manipulation sont des thèmes largement abordés. C’est effroyable. Tellement réaliste qu’on ne peut s’empêcher de penser à ces enfants séquestrés des années durant et retrouvés totalement détruits psychologiquement.

La personnalité d’Héléna est très bien travaillée, son côté psychologique extrêmement bien mis en valeur. Ses doutes, son amour, son dégout pour son père en fonction de la progression vers la vérité nous transporte, nous glace, nous terrorise.

Un thriller psychologique efficace, qui sait tenir en haleine le lecteur sans temps mort, qui pousse à la réflexion. Tout ce que j’aime.

Seul bémol : j’ai trouvé un peu « gros » qu’Héléna réussisse à mener une vie totalement normale, après avoir passé la moitié de sa vie dans un monde hostile, sans autre contact humain que ses parents. Comment peut on se construire suffisamment pour donner le change à son mari et ses enfants par la suite ?

Catégories :

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s