« Je t’aime » de Barbara ABEL

Résumé :

Après un divorce difficile, Maude rencontre le grand amour en la personne de Simon. Un homme dont la fille, Alice, lui mène hélas une guerre au quotidien. Lorsque Maude découvre l’adolescente en train de fumer du cannabis dans sa chambre, celle-ci la supplie de ne rien dire à son père et jure de ne jamais recommencer. Maude hésite, mais voit là l’occasion de tisser un lien avec elle et d’apaiser les tensions au sein de sa famille recomposée.
Six mois plus tard, Alice fume toujours en cachette et son addiction provoque un accident mortel. Maude devient malgré elle sa complice et fait en sorte que Simon n’apprenne pas qu’elle était au courant. Mais toute à sa crainte de le décevoir, elle est loin d’imaginer les effets destructeurs de son petit mensonge par omission…

Ceci n’est pas exactement une histoire d’amour, même si l’influence qu’il va exercer sur les héros de ce roman est capitale. Autant d’hommes et de femmes dont les routes vont se croiser au gré de leur façon d’aimer parfois, de haïr souvent.
Parce que dans les livres de Barbara Abel, comme dans la vie, rien n’est plus proche de l’amour que la haine…

Mon avis :

Ce livre, c’est comme un manège à sensations fortes, très fortes….

Imaginez….Barbara commence par nous expliquer le premier amour de Maude, Solange, Nicole et Alice. La première fois où elles ont dit « je t’aime » : on monte dans le manège, le cœur léger, on va passer un bon moment, même si l’angoisse pointe déjà son nez.

Le décor continue à être planté, de nos jours. On retrouve Maude, remariée à Simon, qui gère Alice, sa belle fille, et tente d’apporter de l’unité à cette famille recomposée. Solange, déclarée stérile, tombe miraculeusement enceinte, et tient à son fils, Thibaut, 7 ans aujourd’hui, comme à la prunelle de ses yeux (comme toute maman, mais elle, c’est de façon exponentielle). Alice, vit son premier vrai grand amour avec Bruno. Nicole, la mère de Bruno n’apprécie pas vraiment Alice, ses piercings, sa façon de se comporter, de s’habiller : le manège se met en route, on monte, inexorablement, et la tension augmente. On sait qu’on va redescendre à grande vitesse pour un voyage qui va nous retourner les tripes. Eh bien là, c’est pareil. L’angoisse nous étreint, on sait que ça va être horrible, mais on ne peut plus reculer. J’ai freiné de toutes mes forces lorsque Bruno appuyait sur le champignon…Au tiers du livre, j’étais déjà en larmes. Trop d’émotions, trop d’amour, trop de drames.

Je n’ai pas pu lâcher ce livre. Un truc de dingue ! Je l’ai commencé en début de soirée, et…je suis allée jusqu’à la fin. Nuit quasi blanche. Impossible de trouver le moment opportun où le rythme se ralentissait pour pouvoir le quitter le temps de la nuit. J’ai été happée par cette histoire, d’amour, de haine. Toutes les formes d’amour étaient représentées, mais la haine également, comment détruire pour se venger ou se protéger. Je n’ai eu de cesse de découvrir la vérité.

Et la fin ? Eh bien, accrochez vous, car c’est le dernier looping la tête en bas, à 300 km/h, qui va vous achever.

Je vous mets en garde toutefois : faites attention à qui vous dites « je t’aime ». Êtes vous sûr que c’est l’Amour avec un grand A ? On croit connaître sa moitié et finalement…..Une fois ce livre refermé, vous ne regarderez plus votre moitié de la même manière….

Allez, je vais préparer un bon petit plat à mon chéri, tout en m’occupant du mieux que je peux de ma famille recomposée, avec ma grande au look grunge qui est amoureuse. Bizarre, ça me rappelle vaguement une histoire ça….🤣

4 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s