« Versus » de Luca TAHTIEAZYM

Informations :

Titre : Versus

Auteur : Luca Tahtieazym

Editeur : Autoédition

Nombre de pages :  253 pages

Format  et prix : broché 16.90 € / numérique  9.99 €

Date de publication : 4 décembre 2018 (édition révisée)

Genre : thriller psychologique

Résumé :

Entrez dans la tête d’un tueur en série…

Achille n’est pas un assassin, c’est un « artiste » – d’ailleurs la presse l’a surnommé ainsi. Son problème est simplement que les autres, à commencer par ses victimes, ne comprennent pas son art… Une fois ses « œuvres » achevées, il rentre chez lui, à Nice, auprès de la douce Claire avec qui il partage sa vie, et retrouve son quotidien d’homme ordinaire.

Lorsqu’il découvre un beau jour dans les journaux qu’on lui attribue à tort une nouvelle victime, l’Artiste comprend qu’un autre tueur connaît son modus operandi et a décidé de l’imiter. Furieux et paranoïaque, l’assassin se fait enquêteur pour retrouver son double criminel dans un jeu du chat et de la souris qui n’a de jeu que le nom.

Tueur en série contre tueur en série, qui est la proie de l’autre et qui l’emportera ?

Mon avis :

Alerte coup de cœur !!!

Voilà un livre qui sort des sentiers battus. De part la narration déjà. En effet, c’est le tueur, Achille, qui nous parle ; en se confiant au lecteur, il nous livre ses états d’âme. Ce tueur est atypique puisqu’il se sert du corps de ses victimes comme d’une toile vierge qu’il dessine avec Patrocle, son couteau. Il est un artiste. Il choisit ses victimes avec attention. Une ville, un support, une œuvre. Il nomme ses victimes « support », il les déshumanise totalement mais malgré tout il a un énorme respect envers elles.

J’ai trouvé Achille très sympathique (oui, oui, c’est un tueur, mais un tueur sympa). Sa manière d’énoncer des citations en latin pour se détendre est amusante. D’ailleurs ça nous détend aussi…Parce qu’il nous parle quand même en tant que futurs « supports ». On s’attend donc à le voir débouler d’un instant à l’autre au coin de la rue.

Claire, sa compagne, lui permet de donner le change et l’illusion de la normalité. Elle est son refuge. Mais il ne se considère pas du tout comme un dérangé, bien au contraire. C’est la société qui est incapable de comprendre son œuvre.

C’est très psychologique. On suit les raisonnements et les réflexions d’Achille, on visite les coins les plus sombres de son esprit tordu (mais chut, n’allez pas le lui répéter, ça pourrait le mettre en colère !). Ce roman est un peu dans le style de Paul Cleave et son « employé modèle » et j’adore ! Le thème est bien exploité, je me suis régalée. Achille nous livre le récit de son enfance, ses traumatismes, ses premières déviances. On comprend le cheminement de ses pensées et l’aboutissement au passage à l’acte. L’immersion de ce tueur sous forme de journal intime, de confession, nous met mal à l’aise et ménage le suspense jusqu’au bout.

Le lien avec « Homère et l’Odyssée » est intéressant et apporte une touche de fantaisie. L’écriture de Luca est fine, vive et très poétique malgré les horreurs décrites.

La fin est déroutante, je ne l’avais pas vue venir. Et ça, c’est parfait ! Elle a juste été amenée de manière un peu trop rapide.

Et je trouve la couverture magnifique. Une fois le livre refermé, elle prend tout son sens, mais chut !

Un récit qui se déguste de la première à la dernière ligne, savoureux à souhait !

Précisons que ce roman a obtenu le prix de Plume francophones en 2017.

Je remercie Luca et NetGalley pour cette lecture.

#NetGalleyFrance  #versus

versus

5 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s