« Où tu iras j’irai » de Jojo MOYES

Informations :

Titre : où tu iras j’irai

Auteur : Jojo Moyes

Éditeur : Milady

Nombre de pages : 736 pages

Format  et prix : broché 19.50 € / numérique 9.99  €

Date de publication : 3 avril 2019

Genre : littérature sentimentale

Résumé :

« Il aurait pu se dire que la passion qui l’animait était caractéristique d’un premier amour, et que ses sentiments finiraient par s’atténuer avec le temps. Mais tout ce qu’il savait à l’époque, c’est qu’à partir du moment où ses yeux s’étaient posés sur elle, il avait été incapable de penser à autre chose. »

Passionnée par les chevaux, Sarah espère intégrer la prestigieuse école d’équitation du Cadre Noir. Elle s’entraîne sans relâche avec l’étalon que son grand-père lui a offert. Lorsque le vieil homme tombe malade, Sarah doit jongler entre sa famille d’accueil, le collège, l’équitation et les visites à l’hôpital.

Natasha, brillante avocate, a connu des jours meilleurs : son mariage s’est soldé par un désastre, son nouveau compagnon ne se montre pas à la hauteur, et elle est contrainte de vivre sous le même toit que son ex-mari, le temps de revendre leur maison. Pourtant, quand elle croise le chemin de Sarah, elle décide de la prendre sous son aile. Mais l’adolescente cache un secret qui risque de bouleverser plus d’une vie.

 

Mon avis :

Nous voilà immergés dans le monde équestre. Nous entrons dans la vie de Mac et Natasha, mariés, sur le point de divorcer, un couple brisé par le vide d’enfant. Il y a aussi  Henri, français écuyer au célèbre Cadre Noir de Saumur, venu s’installer en Angleterre avec Sarah, sa petite fille de 14 ans, a qui il a transmis son amour des chevaux, et bien sur, Boo, le cheval si attachant et magnifique de Sarah (voici d’ailleurs le lien vers le site du Cadre Noir, allez-y jeter un œil, c’est passionnant ! J’ai pris un bon moment pour aller naviguer là-bas, et je trouve que cela a rajouté de la consistance au récit ).

Ce roman s’adresse à tous ceux qui s’intéressent de près comme de loin aux chevaux. Chaque tête de chapitre contient une citation tirée du traité sur l’équitation rédigé par l’historien athénien et soldat Xénophon, considéré encore aujourd’hui comme LA Bible du dressage moderne. Au fil des pages, on apprend tout sur le comportement de cet animal impressionnant et indomptable, mais aussi sur l’art du dressage et des figures impressionnantes réalisées par le cavalier et son cheval.

Nous sommes également en présence d’une formidable aventure humaine. L’histoire de Sarah va se juxtaposer à celle de Natasha suite à leur rencontre totalement improbable.

Sarah a un caractère passionné et perfectionniste, malgré les difficultés elle va tout mettre en œuvre pour réaliser son projet, quel qu’en soit le prix. Elle se montre froide avec son entourage, refusant les règles, elle n’a pas de temps à consacrer aux sentiments, aux études, en sommes à tout ce qui ne touche pas son monde équestre. Quant à Natacha, elle se donne à fond dans son travail pour éviter de sombrer face à l’échec de son mariage et son impuissance à devenir mère. Ces deux personnages très forts vont devoir s’apprivoiser, et cela ne va pas se faire sans difficultés. Elles ne se doutent pas qu’un voyage difficile de découverte de soi les attends, ce qui va profondément changer leurs vies.

Ce que l’on ressent pour les personnages diffère et change au fil de la lecture. Au départ, j’ai détesté Natacha, son côté fière et imbue de sa personne, je me suis dis que je n’allais jamais la supporter jusqu’à la fin du roman ! Et puis, lorsque j’ai appris à mieux la connaître, j’ai ressenti beaucoup de sympathie pour elle et j’ai eu envie de l’aider à se sortir du marasme de sa vie.

Pour Sarah, j’ai fait le yoyo du début à la fin, passant de l’agacement à l’admiration. Certes, elle a fait preuve de beaucoup de courage, de résilience et de maturité, mais sa manie de vouloir toujours se débrouiller toute seule a bien failli la mener tout droit à la catastrophe.

La plume de Jojo est directe et accessible, sans fioriture. Elle embarque son lecteur avec magie dans un monde passionnant. Je n’ai pas vu passer les 736 pages, malgré une histoire à la construction linéaire et simple qui aurait pu ennuyer.

« Où tu iras j’irai » est un roman complexe et captivant que je ne peux que vous recommander.

où tu iras j irai572545205..jpg

 

En bref :

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : j’aime cette auteure, même si j’ai déjà eu des convenues avec certains de ses livres. Ici, c’est le titre qui m’a donné envie d’ouvrir ce roman.

Auteur connu : vous pouvez retrouver mes chroniques de « Paris est à nous » , « Après tout », « Les yeux de Sophie » , « Jamais deux sans toi » . J’en ai lu d’autre avant l’aventure blog, bien entendu. C’est une auteure que je suis depuis de nombreuses années.

Émotions ressenties lors de la lecture : joie, bonheur, agacement, tendresse, passion, émerveillement.

Ce que j’ai moins aimé : la relation de Natacha et de Mac. Je ne spoile pas, mais je ne suis pas du tout d’accord avec la possibilité présentée.

Les plus : le monde équestre, la relation de Sarah avec Boo, enrichissante. Un monde que l’on a peu d’occasion de voir développé dans un roman.

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s