« Automne » d’Ali SMITH

Informations :

Titre : automne

Auteur : Ali Smith

Éditeur : Grasset

Nombre de pages : 240 pages

Format  et prix : broché  19 € / numérique  13.99 €

Date de publication : 4 septembre 2019

Genre : fiction

Résumé :

Daniel Gluck, centenaire, ne reçoit pas d’autres visites dans sa maison de retraite que celles d’une jeune femme qui vient lui faire la lecture. Aucun lien familial entre les deux pourtant, mais une amitié profonde qui remonte à l’enfance d’Elisabeth, quand Daniel était son voisin. Elisabeth n’oubliera jamais la générosité de cet homme si gentil et distingué qui l’a éveillée à la littérature, au cinéma et à la peinture.
Les rêves – ceux des gens ordinaires, ou ceux des artistes oubliés – prennent une place importante dans la vie des protagonistes d’Ali Smith, mais le réel de nos sociétés profondément divisées y trouve également un écho. Le référendum sur le Brexit vient d’avoir lieu, et tout un pays se déchire au sujet de son avenir, alors que les deux amis mesurent, chacun à sa manière, le temps qui passe. Comment accompagner le mouvement perpétuel des saisons, entre les souvenirs qui affluent et la vie qui s’en va ?
L’écriture d’Ali Smith explore les fractures de nos démocraties modernes et nous interroge sur le sens de nos existences avec une poésie qui n’appartient qu’à elle, et qui lui a permis de s’imposer comme l’un des écrivains britanniques les plus singuliers, les plus lus dans le monde entier.

images

Mon avis :

Ce roman raconte l’histoire d’Elisabeth Demand, une conférencière en histoire de l’art de 32 ans à Londres, et de son ami extrêmement âgé, Daniel Gluck, qui est dans la «période de sommeil prolongée», se produisant peu de temps avant la mort. Le roman revient périodiquement sur des moments de leur vie commune, depuis leur première rencontre quand Elisabeth était enfant, jusqu’à aujourd’hui.

La scène d’ouverture m’a laissée perplexe, il m’a fallu quelques pages pour m’habituer à l’écriture d’Ali, toute en nuances, envoutante, mêlant judicieusement humour, sentiment poétique et réflexion sociale. Le style, ensuite, demande une certaine adaptation : en effet, le dialogue est libre, sans ponctuation, il faut deviner ce qui est conversation et ce qui est récit. Pourtant, jamais le lecteur ne se perd. C’est un tour de force littéraire. L’utilisation de nombreuses anaphores permettent de souligner les obsessions, agissant comme un plaidoyer, mais sans jamais alourdir le texte.

Ce livre, que je qualifierai d’impressionniste est le premier d’un quatuor de romans sur le thème des saisons, il commence par le vote sur le Brexit et avance dans le temps, mais aussi à reculons et de côté, vers novembre 2016. C’est une toile de fond d’un interrogatoire moderniste de l’histoire.

J’ai beaucoup apprécié le personnage d’Elisabeth, interrogatrice, fragile, qui porte encore les traces de son enfant précoce. Le lecteur est régulièrement plongé dans sa jeunesse avec une mère hédoniste et dure ; elle lutte avec humour contre la bureaucratie pour obtenir un passeport à la poste ; ses rêves sont visionnaires et artistiques. Mais surtout, elle prend soin de Daniel Gluck, son ancien voisin de 101 ans, qui passe ses derniers jours dans une maison de retraite. Elle s’assoit à son chevet, se souvenant de leur étrange amitié, de la manière dont il l’a introduite dans un monde d’art et de littérature.

« Automne » est un roman d’idées, contrastant la vie moderne avec le XXè siècle, instillant au fil des pages des références contemporaines, comme la danseuse Christine Keeler, la sculpteur Barbara Hepworth ou encore l’artiste pop, Pauline Boty.

Un guide génial accompagnant le lecteur à travers un torrent d’idées sur l’art, l’histoire, la littérature, le féminisme, la mémoire. C’est un roman qui paraît léger et enjoué mais seulement en surface. Mêlant réalisme absurde et surréalité,  Ali superpose des scènes artistiques, tel un patchwork, dans un pays apparemment divisé contre lui-même, afin de nous fait sentir, ressentir, l’état d’esprit lié à la situation socio-politique actuelle de la Grande Bretagne.

Ce fut une expérience de lecture très intéressante et hors du commun pour moi.

Je remercie les Éditions Grasset et NetGalley pour cette lecture.

#Automne #AliSmith

#NetGalleyFrance #rentreelitteraire2019

 

automne-1836x10331300422361.jpg

En bref :

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : le résumé m’a intéressée, le côté réflexion sur la vie et la mort, le tout avec le brexit en toile de fond.

Auteur connu : le charme de la rentrée littéraire est là ! Découvrir de nouveaux auteurs vers qui je ne me serais pas forcément tournée.

Émotions ressenties lors de la lecture : beaucoup de surprises, d’empathie vis à vis des personnages, de la curiosité, du trouble également.

Ce que j’ai moins aimé : peut être le début, car il faut un temps d’adaptation, et je pense que c’est à ce moment-là où soit on adhère, soit on décroche.

Les plus : le style de l’auteur, totalement incroyable. La délicatesse qui ressort des lignes. Les références artistiques.

 

2 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s