Mes chroniques, mes lectures

« Une vérité à deux visages » de Michaël CONNELLY

Informations :

Titre : une vérité à deux visages

Auteur : Michaël Connelly

Éditeur : Calmann-Lévy

Nombre de pages : 432 pages

Format  et prix : broché 21.90 € / numérique  15.99 €

Date de publication : 16 octobre 2019

Genre : policier

Résumé :

Un trafic de drogue de grande ampleur et une vérité à deux visages.

Travaillant toujours bénévolement aux affaires non résolues pour la police de San Fernando, Harry Bosch est appelé sur une scène de crime dans une pharmacie. Les deux employés, père et fils, viennent d’être assassinés par des tueurs à gages et toutes les pistes s’orientent vers un trafic de médicaments antidouleurs qui, pris inconsidérément, se transforment en véritables drogues. Bosch n’hésite pas une seconde et se lance dans l’enquête.
Mais voilà qu’il est soudain accusé par la police de Los Angeles d’avoir, trente ans plus tôt, trafiqué des éléments de preuve pour expédier un tueur en série au couloir de la mort. Bosch va devoir prouver son innocence, et la partie est loin d’être gagnée d’avance. Car il existe bien deux sortes de vérité : celle qui conduit à la liberté et l’autre, qui mène aux ténèbres…

Mon avis :

Vingtième aventure d’Harry Bosch. Et un avis plus que mitigé me concernant….

Michael Connelly va nous offrir deux intrigues parallèles : une affaire vieille de 30 ans ressurgit et l’on vient à douter des talents d’Harry. L’homme qui croupi dans le couloir de la mort est-il vraiment l’assassin de Danielle Skylar ? Pire, Harry aurait-il falsifié des preuves pour le faire accuser ? Harry est plus que jamais sur la sellette. La seconde intrigue est le meurtre de deux pharmaciens dans leur officine, José Esquivel , père et fils. Harry, enquêteur bénévole au SFPD va tout mener de front, en tentant à la fois de résoudre ce double homicide et de prouver son innocence.

Pourquoi je n’ai pas pris mon pied durant cette lecture ? Harry, déjà, m’a agacée. Il va continuer longtemps à enquêter ? Vu son âge, honnêtement, même si c’est un grand détective, il n’a rien d’autre comme trip dans sa vie ? Ensuite, cette affaire ressortie de derrière les fagots a manqué de crédibilité pour moi. Alors, oui, les évolutions des techniques de la police scientifique ont permis de retrouver un autre ADN sur les vêtements de la victime, relançant l’affaire. Mais les hypothèses avancées ne m’ont pas réellement convaincues. Il suffit donc d’une minuscule trace d’ADN pour disculper un criminel que tout inculpait 30 ans auparavant ? Et pourquoi comploter pour enterrer Bosch ? Quel est l’intérêt ?

La seconde enquête sur le double meurtre des pharmaciens était plus cohérente et bien plus passionnante à mon sens. Là, il y avait de l’action, Bosch prend tous les risques, et réussit avec brio à clore son enquête. Même si, encore une fois, à 60 ans, Bosch en est ressorti avec quelques cascades et sans se briser le col du fémur. Admettons.

Côté personnages secondaires, nous retrouvons Mickey Haller, l’avocat qui est aussi son demi-frère, et Maddie, sa fille, désormais étudiante. Ils ont manqué d’épaisseur. Le livre fait plus de 400 pages, et pourtant rien ne permettait d’avoir de l’empathie pour les protagonistes.

« La vérité à deux visages », vue sous des angles différents : Bosch / Haller (le flic et l’avocat), ou encore Bosch / un dealer, mettant en avant les deux écoles de la littérature policière, Dashiell Hammett et Raymond Chandler. Nous permettant de nous rendre compte que tout n’est pas noir ou blanc, qu’il existe différentes visions, tout dépend où on se place. J’ai trouvé ces représentations vraiment intéressantes.

L’écriture est toujours aussi nette et propre. Laconique. Le rythme n’est pas mirobolant. Cela s’agite un peu mais il est évident que ce n’est pas un page turner.

Une note positive concernant les quelques piques sur Trump, qui, je pense, ont du faire bondir plus d’un amerloque ! Fallait oser bravo !

Je pense que Connelly a fait vraiment le tour de Bosch depuis un moment déjà. J’avais adoré le premier tome de sa série avec Renée Ballard. C’est un auteur qui sait se renouveler. Je pense néanmoins qu’il doit être dur de tourner la page de l’enquêteur qui l’a rendu célèbre dans le monde de littérature noire.

« Il existe deux types de vérité: la vérité qui éclaire le chemin et la vérité qui réchauffe le cœur. Le premier est la science, et le second est l’art. »   Raymond Chandler

Je remercie les Éditions Calmann-Levy et NetGalley pour cette lecture.

#NetGalleyFrance  #UneVéritéàdeuxVisages

une verité a 2 visages1072590551..jpg

En bref :

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : l’auteur bien entendu ! Michaël Connelly est un incontournable dans le monde du policier.

Auteur connu : j’ai eu la chance de le rencontrer deux fois, lors des Quais du Polar, et j’avoue avoir été impressionnée par le personnage ! Je l’ai beaucoup lu bien avant l’aventure du blog, récemment j’avais adoré « En attendant le jour » .

Émotions ressenties lors de la lecture : de l’agacement, un peu d’ennui, beaucoup de lassitude. Malheureusement, je crois bien que cette énième enquête de Bosch sera celle de trop pour moi.

Ce que j’ai moins aimé : un Harry vieillissant qui ne m’a pas du tout convaincue.

Les plus : la vision du monde de la drogue et des trafics d’opioïdes. Les différents visages de la vérité.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s