« Au guet ! » de Terry PRATCHETT

Informations :

Titre : au guet !

Auteur : Terry Pratchett

Éditeur : Pocket

Nombre de pages : 352 pages

Format  et prix : broché  21.90 € / numérique 6.99  € / poche 7.50 €

Date de publication : 31 mai 2011 pour la version poche

Genre : fantasy

Résumé :

Une société secrète d’encagoulés complote pour renverser le seigneur Vétérini, Patricien d’Ankh-Morpork, et lui substituer un roi.
Enfin une affaire à la mesure du capitaine Vimaire, alcoolique frénétique, et de ses non moins brillants adjoints. Et lorsqu’on retrouve au petit jour dans les rues les corps de citoyens transformés en biscuits calcinés, l’enquête s’oriente résolument vers un dragon de vingt-cinq mètres qui crache le feu.
Peut-être la collaboration du bibliothécaire de l’Université ne serait-elle pas inutile. Certes, il a depuis quelque temps été métamorphosé en singe, mais qui a vraiment remarqué la différence ?

 

Mon avis :

Huitième tome des Annales du Disque Monde. Peut se lire indépendamment des autres.

Me revoilà repartie dans le monde de Terry Pratchett, cela faisait un trop long moment que je l’avais quitté.

Je me retrouve dans la ville d’Ankh-Morpork, d’ailleurs je compte bien m’y installer un jour 😉 ! On y retrouve Carotte, humain élevé chez les nains, après avoir été trouvé dans les bois. Son père adoptif souhaite le meilleur pour lui, et bien sûr, un travail plus alléchant que celui dans la mine (normal pour un nain de bosser dans une mine). Garde du guet, ça, ça serait pas mal du tout : candidature envoyée, acceptée, impeccable !

Ankh-Morpork est dirigée par le Patricien, sorte de maire, chef du Guet, équivalent de la police municipale de chez nous.

Malheureusement, le Guet ne sert pas à grand chose, notre capitaine Vimaire, bien porté sur la bouteille, souhaiterait bien lui redonner ses lettres de noblesse.

Vous l’aurez compris, les thèmes abordés dans ce volume sont la police et le maintien de l’ordre, avec un petit sous-entendu aux thrillers, notamment grâce au clin d’œil au 36 Quai des Orfèvres, puisque les bureaux du Guet municipal sont installé dans l’ancienne Maison des Orfèvres d’Ankh-Morpok, le Guet des Orfèvres😀 .

Côté personnages, ils sont tous très hétéroclites, on retrouve le bibliothécaire orang-outan découvert dans le tome 2. Même si son état de « singe » n’est pas très glorieux, au moins il n’a plus besoin d’échelle pour atteindre tous les volumes des rayonnages de la bibliothèque. Mais attention, n’allez surtout pas prononcer le mot « singe » devant lui, sinon gare !

Quant à Vimaire, je l’imagine bien en flic un peu genre Maigret, il faut dire que Pratchett est avare en détail physique le concernant ! Alcoolique engagé au Guet suite à une déception amoureuse, il a le profil type des flics des thrillers qu’il m’est donné de lire !

J’ai adoré Dame Ramkin cette aristocrate aux perruques improbables, vivant seule et consacrant toute sa vie à l’élevage de dragons des marais. Et les dragons, parlons-en, ils m’ont bien fait rire. Un mythe s’effondre quand même, car ces bestioles à la sauce Pratchett, ça vaut le détour !

L’écriture de Pratchett est toujours autant imprégnée de magie, les mots nous permettent de nous envoler vers le Disque Monde et de partir à la découverte de cet univers. Légèrement moins drôle que les précédents, j’en conviens. Du coup, il ne sera pas parmi mes préférés, mais j’ai passé un super moment de détente, avec un petit goût de « reviens-y » qu’il va falloir satisfaire rapidement je pense !

#TerryPratchett #AuGuet #AnnalesDuDisqueMonde

au gué192178166..jpg

En bref :

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : j’ai découvert l’univers de Pratchett il y a deux ans environ. J’essaye d’en lire un de temps en temps. Pourtant la fantasy est loin d’être mon dada.

Auteur connu : j’ai lu les 7 tomes précédents de la série, j’aime beaucoup cet auteur, son humour, sa manière de tout tourner à la dérision.

Émotions ressenties lors de la lecture : beaucoup d’amusement, de la curiosité, une certaine avidité à découvrir cette nouvelle histoire.

Ce que j’ai moins aimé : je l’ai trouvé un peu moins drôle que les précédents.

Les plus : le cynisme et la parodie de Pratchett, délicieux ! La construction des personnages, l’univers du Disque Monde.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s