« Marlène » de Hanni MÜNZER

Informations :

Titre : Marlène

Auteur : Hanni Münzer

Éditeur : L’Archipel

Nombre de pages : 541 pages

Format  et prix : broché  23 € / numérique 7.99 €

Date de publication : 6 février 2020

 Genre : fiction historique

Résumé :

QUI EST LA VÉRITABLE MARLENE ?
Munich, juillet 1944. L’une des femmes les plus recherchées du IIIe Reich se tient face à la maison bombardée de Deborah et de son frère, qu’elle croit enfouis sous les décombres. Si elle était arrivée la veille, Marlene aurait pu les sauver.
Mais qui est au juste cette femme ? La veuve d’un notable connu pour ses sympathies nazies ? Une actrice en devenir ? Une résistante ?
Marlene va devoir prendre l’une des décisions les plus difficiles de sa vie : épargner la vie de millions de personnes… ou sacrifier l’homme qu’elle aime.
Dans le sillage d’Au nom de ma mère, ce roman s’attache au destin d’une femme courageuse, confrontée aux soubresauts de l’Histoire.
L’une des romancières les plus populaires de son pays, Hanni Münzer, née en 1965, est la nouvelle diva du roman historique allemand. Elle a conquis le public dès son deuxième ouvrage, « Au nom de ma mère » (Archipoche, 2020), traduit en douze langues. Au total, ses livres ont trouvé plus de deux millions de lecteurs.
Prix Skoutz du meilleur roman historique.

 

Mon avis :

Voilà une lecture d’actualité, puisque nous commémorons les 75 ans de la libération d’Auschwitz.

« Marlène » reprend quelques personnages de « Au nom de ma mère », mais peut tout à fait se lire indépendamment.

Décembre 2012 : Marlène a 93 ans et souhaite présenter son histoire qu’elle a couché sur papier à sa famille et à ses amis. Après cette brève introduction, nous basculons dans le passé pour vivre le récit de Marlène.

Juillet 1944 : après l’échec de l’attentat de Stauffenberg, visant à assassiner Hitler, Marlène décide de quitter Munich pour rejoindre la France et sa Résistance. Vous devinez que son périple sera semé d’embûches, et c’est peu dire !

Marlène est une femme forte, courageuse et déterminée. On ne peut que l’admirer. Jamais elle ne baisse les bras ni ne faiblit. C’est une vraie héroïne. Sa force et son courage m’ont impressionnés, sa détermination à clamer haut et fort ses convictions, en dépit des représailles m’a chamboulée. Elle se retrouve enfermée à Auschwitz, où elle va servir de putes à nazis, où elle va rencontrer des personnes formidables et ne jamais perdre l’espoir. Les personnages secondaires sont tout autant poignant, que ce soit Jolanta, et son secret qui m’a émue aux larmes, la petite Trudi, qui apporte un peu de fraîcheur et d’innocence dans toute cette barbarie, ainsi que Peter, générateur d’espoir et moteur pour Marlène.

L’auteur a une plume qui nous emporte, tout simplement. Pas de longues descriptions ennuyeuses comme cela peut être le cas dans un roman historique. Non, ici les chapitres sont courts, le rythme est rapide, il y a beaucoup de rebondissements, et Hanni fait la part belle aux dialogues, c’est un peu comme si nous étions présents aux côtés de Marlène et que nous vivions les scènes. J’avais l’impression d’être dans une faille spatio-temporelle à chaque fois que je reprenais ma lecture.

Chaque tête de chapitre nous livre une citation de personnalités fortes de cette guerre, sous forme de constat sociétal et existentiel.

L’Histoire et les tranches de vie s’entremêlent et se fondent parfaitement. La Résistance qui s’organise en Allemagne nous plonge au cœur de l’idéologie du national-socialisme des jeunesses hitlériennes. Les trahisons, les dénonciations et les arrestations mettent à mal les efforts de la Résistance. Le lecteur est terrorisé lui aussi par la Gestapo et autres fanatiques faisant régner la terreur. Ce passage allemand nous donne une vision nouvelle de cette guerre, je trouve. En tous cas, me concernant, cela a été une découverte, car je trouve que peu de livres d’histoire ne mentionnent ce qui se passait en Allemagne. Ce roman est un reflet de la cruauté de la Seconde Guerre Mondiale, mais aussi de l’improbable pouvoir des survivants. Émouvant et poignant.

La fin du roman est un véritable cri d’alarme, un constat effarant. Les bellicistes sont partout, à l’affût, guettant la moindre occasion. Le propre de l’humanité est de faire la guerre. Et c’est vrai. Regardons autour de nous…C’est affligeant et ça fait peur.

Un roman a inclure dans le programme des collégiens, pour leur rappeler combien notre Liberté est précieuse.

« Celui qui sauve une vie sauve le monde. »

« Tant qu’il y a aura des papillons, il restera de l’espoir. La mort n’est qu’un commencement. »

« L’amour est le seul remède aux maux de ce monde ».

Je remercie les Éditions de l’Archipel et NetGalley pour cette lecture.

#NetGalleyFrance #Marlène #HanniMünzer #LArchipel

marlene1632352015.jpg

En bref :

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : attirée par la couverture, puis par le résumé, je suis très sensible au sujet de la Seconde Guerre Mondiale, toujours avide d’en savoir davantage et de m’instruire.

Auteur connu : non pas du tout.

Émotions ressenties lors de la lecture : énormément d’émotions m’ont prises aux tripes durant cette lecture : effroi, peur, panique, espoir, beaucoup de dégoût et de colère face à l’espèce humaine capable d’une telle monstruosité.

Ce que j’ai moins aimé : rien, tout était parfait, la fiction se mêlant parfaitement à la réalité.

Les plus : la plume de l’auteur, ses personnages, le contexte historique mis en avant avec beaucoup de sensibilité, le côté témoignage rendant cette lecture poignante, l’immersion totale.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s