Zoom sur la rentrée littéraire 2020 des Éditions Clamann-Levy

Résumé :

Découvrez les ouvrages de la rentrée littéraire Calmann-Lévy août 2020.

Cinq romans français et deux romans étrangers.

 

Mon avis :

Littérature française

Les lettres d’Esther de Cécile Pivot
La Grâce et les ténèbres de Ann Scott
Les Lumières d’Oujda de Marx Alexandre Oho Bambe
Les Corps insurgés de Boris Bergmann
L’Arrière-pays de Olivier Weber

Littérature étrangère

Sublime royaume de Yaa Gyasi
La Chienne de Pilar Quintana

La couverture, le résumé, une photo et une petite bio de l’auteur nous permettent déjà de nous faire une idée des sorties proposées par Calmann-Levy, qui est une maison d’édition que j’apprécie beaucoup.

La rentrée littéraire qui se profile doucement à l’horizon nous promet de belles heures de lecture et d’évasion.

Ma Wish List grossi de 4 ouvrages supplémentaires :

J’ai noté « Les lettres d’Esther » de Cécile Pivot, j’aime l’idée d’un atelier d’écriture épistolaire. Le résumé m’a donné envie de découvrir ces personnages et de les suivre dans cette expérience.

« La Grâce et les ténèbres«  de Ann Scott attire également mon attention.

Fou de musique, nostalgique d’une époque qu’il n’a pas connue, Chris vit surtout la nuit, dans un vaste appartement presque vide où il tente de composer un requiem. Impressionné par l’engagement de sa mère Colette, climatologue, et de ses sœurs Cass et Claire, l’une photographe de guerre, l’autre grand reporter, le jeune homme cherche à rompre sa solitude et à donner un sens à sa vie.​

Jusqu’au jour où il découvre, sur internet, un groupe d’anonymes qui lutte contre la propagande jihadiste sur les réseaux sociaux. Fasciné par leur courage, Chris s’embarque en secret dans cette cybersurveillance d’un genre particulier.​

Alors que sa mère et ses sœurs ignorent tout de sa nouvelle activité, Chris voit son quotidien peu à peu envahi par cette lutte qui l’éloigne de sa musique. Mais comment arrêter sans se sentir lâche ? Retrouver la grâce sans laisser gagner les ténèbres ?​

« Les Corps insurgés » de Boris Bergmann. La rébellion, la passion sont autant de mots qui font tilt et me donnent envie de plonger entre les pages.

 

Côté littérature étrangère, c’est « La Chienne » de Pilar Quintana qui attise ma curiosité. Le désir maternel est toujours un sujet délicat, j’ai envie de découvrir comment cette auteure colombienne va le traiter, par le biais de ce chien.

La Chienne par Quintana

Sur la côte pacifique colombienne, entre océan déchaîné et jungle menaçante, vivent Damaris et son mari pêcheur dans un cabanon de fortune. Elle est mélancolique, mais ce n’est pas dû à sa vie démunie : Damaris n’a jamais réussi à tomber enceinte et elle en souffre de plus en plus. Alors quand sur un coup de tête elle adopte un chiot, l’animal devient une source infinie d’amour qu’elle va choyer sans relâche dans leur univers si hostile. Mais un jour, la chienne disparaît, plongeant Damaris dans un immense désarroi.

Une exploration féroce et bouleversante du désir maternel. Une lecture choc qui dépayse autant qu’elle bouscule.

En ce quotidien pas très rose, quoi de mieux que de se réfugier dans les livres ? Pouvoir se projeter dans la RL fait un bien fou !

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s