« Errances d’un pantouflard » de Jean-Benjamin JOUTEUR

Informations :

Titre : errances d’un pantouflard

Auteur : Jean-Benjamin Jouteur

Éditeur : auto-édition

Nombre de pages : 191  pages

Format  et prix : broché 13 € / numérique 2,99 €

Date de publication : 14 mai 2020

Genre : biographie romancée

Résumé :

Vers la fin des années 70. Réformé après deux mois d’un service militaire passé à jouer l’asocial dans un hôpital des armées, Yohann, 19 ans, largue tout. C’est-à-dire pas grand-chose. Sans but précis, avec la simple ambition de ne rien faire de sa vie, si ce n’est la volonté de conjuguer à tous les temps le verbe liberté, il prend la route. Esprit rebelle mais plus inadapté à la société que réellement contestataire, il va cheminer au hasard de ses rencontres. Tout à tour motard, communard, routard, zonard, parfois presque clochard, il empruntera des voies marginales dont jamais pourtant il ne vivra pleinement les étapes. Observateur émule de Kerouac, souvent amoureux, de temps à autres affamé, occasionnellement défoncé, Yohann est un vagabond pantouflard qui tente simplement de découvrir qui il est, égaré dans une France se heurtant au point final d’une décennie d’insouciance.

Mon avis :

Août 1978. Saint Etienne.

Yohann, tout juste réformé du service militaire, est heureux d’annoncer la bonne nouvelle à Claire, sa chérie du moment. Malheureusement, Claire est passée à autre chose, ou plutôt à quelqu’un d’autre, et précisément à Franck, ami de Yohann. Le jeune homme, blessé et dégoûté, prend la route avec Kiss, son pote, qui ne supporte plus son père violent.

Kiss et Yohann ont l’intention de descendre en moto à Marseille retrouver un autre copain, François. En chemin, ils croisent Dalhia, mystérieuse jeune femme vivant dans une communauté non loin de Clermont. Les deux hommes seront accueillis aux Combes par Victor et Mireille fondateurs de cette congrégation.

Yohann va découvrir la vie en communauté, tenter d’y trouver sa place, lui qui ne se trouve bien nulle part. L’objectif de tous étant de restaurer la bâtisse qui leur sert d’abri. La promiscuité, le travail collectif, sont autant de paramètres pour lesquels il va falloir s’habituer. Car la vie en communauté oblige à tout remettre en question : le couple, la nourriture, l’argent, l’éducation des enfants, le travail…J’ai découvert tout un pan de notre passé. Pour moi, une fois le mouvement hippie terminé, il n’y avait rien d’autre. Et pourtant si. Ce mouvement qui a poussé de nombreux jeunes a rêver d’une vie différente, entre la marginalité et l’utopie, loin de la société de consommation.

Un road trip tout en douceur et en émotions, entre joie et drame, remise en question et doute. Une autre époque, que l’on se plait à retrouver le temps d’un livre, avec les chansons de Jacques Brel en toile de fond. L’écriture est délicate, on sent que l’auteur a mis son cœur dans l’écriture de ce roman. Logique, me direz-vous, puisqu’il y a une part autobiographique. D’ailleurs, où se trouve l’imaginaire et où se situe la vérité ? Mystère. C’est en cela que la lecture est intéressante, je trouve. L’auteur choisi un style de vie différent pour faire son expérience de l’existence, avant, peut-être, de se « ranger ».

Une très belle lecture, toute en subtilité et en raffinement. Où l’amitié, la loyauté, les trahisons, les blessures s’entremêlent pour nous offrir un panel de relations humaines extrêmement touchantes.

Je remercie Jean-Benjamin pour cette lecture qui fait du bien !

#ErrancesDUnPantouflard #JeanBenjaminJouteur

En bref :

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : déjà le titre ! Je me demandais bien où pouvait errer un pantouflard ! Entre le frigo et le canapé peut-être ? Ensuite, le résumé. J’avais envie de découvrir le parcours de Yohann.

Auteur connu : Jean-Benjamin était présent aux Boennales l’an dernier. Je n’avais jamais eu l’occasion de le lire (j’ai un retard monstre, je sais…), ce fut une belle découverte !

JB Jouteur

Émotions ressenties lors de la lecture : beaucoup d’émotions positives ont accompagné cette lecture. Un moment difficile tout de même apportant de la tristesse et de l’admiration.

Ce que j’ai moins aimé : un peu court, peut-être, j’aurai aimé passer un peu plus de temps avec Yohann, savoir où la vie va le mener. Mais j’ai cru comprendre qu’une suite était en préparation !

Les plus : la découverte des communautés, les personnages attachants, la légèreté de la plume. C’est un cocon de douceur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s