« La vie est un roman » de Guillaume MUSSO

Informations :

Titre : la vie est un roman

Auteur : Guillaume Musso

Éditeur : Calmann-Levy

Nombre de pages : 304 pages

Format  et prix : broché 21.90 € / numérique 13.99 €

Date de publication : 2 mai 2020

Genre : policier

Résumé :

POUR LUI, TOUT EST ÉCRIT D’AVANCE
POUR ELLE TOUT RESTE À ÉCRIRE

« Un jour d’avril, ma fille de trois ans, Carrie, a disparu alors que nous jouions toutes les deux à cache-cache dans mon appartement de Brooklyn. »

Ainsi débute le récit de Flora Conway, romancière renommée à la discrétion légendaire. La disparition de Carrie n’a aucune explication. La porte et les fenêtres de l’appartement étaient closes, les caméras de ce vieil immeuble new-yorkais ne montrent pas d’intrusion. L’enquête de police n’a rien donné.

Au même moment, de l’autre côté de l’Atlantique, un écrivain au cœur broyé se terre dans une maison délabrée.
Lui seul détient la clé du mystère. Et Flora va le débusquer.

 

Mon avis :

Il y a quelques auteurs archi-connus, pour lesquels j’aime me plonger dans leur dernière parution les yeux fermés. Guillaume Musso en fait partie. C’est mon rituel de printemps : lire mon petit Musso. Si l’auteur avait amorcé un virage depuis quelques années en nous proposant des thrillers, il revient cette fois à ces premières amours.

Brooklyn (déjà un bon point ! J’adore ce quartier de NY !). Flora Conway, auteur à succès, rentre dans son appartement chic et cossu avec Carrie, sa fille de 3 ans. Leur petit rituel et le grand plaisir de la petite fille est de jouer à cache-cache. Or, cette fois-ci, Flora ne retrouve la fillette nulle part. Les fenêtres ne peuvent pas s’ouvrir, la porte d’entrée est verrouillée, Carrie s’est comme évaporée. La police ne trouve rien, les caméras de surveillance situées à l’entrée de l’immeuble ne détecteront aucune présence suspecte. Pour Flora, c’est la descente aux enfers, toute sa vie s’écroule, elle se réfugie dans l’alcool, les somnifères et les anxiolytiques.

Paris. Romain Ozorski est lui aussi un écrivain connu. Ses déboires familiaux l’empêchent de se concentrer totalement à l’écriture de son prochain roman. En effet, son ex-femme, manipulatrice hors pair, à réussi à le discriminer afin d’obtenir la garde exclusive de leur fils, Théo. De plus, elle songe à vivre aux États-Unis, ce qui priverait Romain du peu de visites auxquels il a droit.

On se prend au jeu des différences entre ces deux personnages. Ils sont touchants, empathiques, le lecteur compatit à leurs malheurs si similaires. Et si autre chose que le destin les reliait ?

Après « La vie secrète des écrivains », Musso continue son analyse très judicieuse et oh combien passionnante du monde littéraire (deuxième bon point !). Les prix littéraires, les méthodes d’écriture, le jeu de construction des personnages, la relation qu’un auteur tisse avec lesdits personnages, toutes ces thématiques sont un régal pour les amoureux de la lecture. Je crois qu’après cela, on ne peut plus regarder des personnages de roman de la même manière ! Les clins d’œil aux auteurs (Stephen King, JK Rowling) sont nombreux et apportent une touche concrète. On reste dans le thème ! Et à côté de cela, nous retrouvons quelques lignes sur des personnages de « La vie secrète des écrivains », ou d' »Un appartement à Paris », l’imaginaire, qui se fond dans la réalité. 

J’ai trouvé à ce nouveau roman un petit air de « La fille de papier ». Le côté fantastique apporte de l’évasion et permet quelques pirouettes avec la réalité. Musso s’amuse, comme toujours. Et il amuse le lecteur également. Il accorde une grande place à l’imaginaire et à son pouvoir. Difficile de trouver la frontière entre le réel et la fiction. La plume de l’auteur est toujours aussi agréable et précise.

Seul bémol, la fin. J’avoue que ce n’est pas le premier roman de Musso qui ressort avec cette mauvaise note chez moi. Cela me laisse toujours un goût amer lorsque je referme un livre. Ça gâche le plaisir et c’est vraiment dommage. Je trouve qu’ici, la fin a été bâclée, pas soignée, et ce dernier chapitre, je me demande encore quel en a été l’intérêt.

Un bon moment de détente malgré tout, grâce à un livre qui sort des sentiers battus, surprenant et parsemé d’un brin de folie. Et ça, ça fait du bien, indéniablement !

#LaVieEstUnRoman #GuillaumeMusso #CalmannLevy

la vie est un roman786868532..jpg

En bref :

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : l’auteur bien évidemment !

Auteur connu : J’ai tout lu de lui. Fan de la première heure, il était là avec ses romans qui m’apportaient l’évasion dont j’avais besoin lors d’une période très compliquée de ma vie.

Rencontré en 2016 aux Quais du Polar, grand moment dans ma vie de lectrice !

20160402_135056

Émotions ressenties lors de la lecture : une belle passion pour le monde littéraire, je lisais les détails avec avidité. De la curiosité face à cette énigme. De la déception quant à la fin.

Ce que j’ai moins aimé : la fin !

Les plus : l’originalité de l’histoire, la construction, le flou entre l’imaginaire et le réel, les personnages, l’évasion apportée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s