« Le loup dans la bergerie » de Fabio MITCHELLI

Informations :

Titre : le loup dans la bergerie

Auteur : Fabio Mitchelli

Éditeur : Exclu France Loisirs avec autorisation des Éditions Robert Laffont

Nombre de pages : 352 pages

Format  et prix : broché 17.90 €

Date de publication : 3 août 2020

Genre : thriller

Résumé :

Commandant à la PJ de Metz, Samuel Steiner est appelé à Nice après la découverte d’un corps carbonisé qui pourrait être celui de son père, disparu depuis des années.

Si le corps se révèle être celui d’un autre homme, de nombreuses preuves indiquent que Joseph Steiner était lié à la pègre locale ainsi qu’au « Berger de Caussols », un tueur en série.

Inspiré de faits réels, un roman puissant et addictif où l’on touche à l’indicible, porté par une très belle plume.

Mon avis :

La particularité des romans de Fabio réside dans le fait qu’il crée son intrigue à partir d’un tueur ayant existé, mêlant faits réels et imaginaire. J’ai toujours l’impression de lire un reportage. Son talent de conteur est indéniable.

Dans « Le loup dans la bergerie », il met en scène Le berger de Caussols, condamné à perpétuité pour plusieurs meurtres et accusé de cannibalisme sur ses victimes.

Dès le prologue, le décor est planté : un règlement de compte entre gang niçois et pègre locale.

Le premier chapitre est triste, puisque nous nous retrouvons aux funérailles de Lise-Marie, la mère de Rebecca, et l’ex-femme de Samuel Steiner. Ce nouveau roman est en effet la suite de « L’ombre de l’autre ». Ce chapitre permet au lecteur de se rafraîchir la mémoire (merci Fabio, une piqûre de rappel ne fait jamais de mal, depuis novembre 2018, mes souvenirs étaient un peu flous). Si vous n’avez pas lu le premier, pas de panique, cela ne gêne en rien la compréhension de l’intrigue, puisque ce ne sont que les personnages qui sont repris. Toutefois, vous passez à côté d’une pépite, j’dis ça, j’dis rien…

A la fin de la cérémonie, Pierre-Alain Zechné, de la brigade criminelle de la PJ de Nice, interpelle Samuel. Une voiture carbonisée a été retrouvée sur Nice, avec un corps à l’intérieur, et les papiers de Joseph Steiner dans la boîte à gants. Joseph est le père de Samuel, disparu aux États-Unis depuis plus de vingt ans.

Une enquête effrénée commence pour Samuel, au milieu de la mafia niçoise. Mais pas seulement : il va devoir remuer la fange familiale. Un malheur n’arrivant jamais seul, sa fille Rebecca, tombe dans la drogue et la pornographie virtuelle. Sam mettra du temps à réagir, pris dans son enquête et encore bouleversé par la mort de son ex-femme, pour laquelle il avait encore des sentiments. Sa fille file un très mauvais coton, elle a déjà dépassé depuis un moment la frontière, mettant sa vie en danger. Quant à Joseph, au fil des révélations, le portrait brossé est loin d’être celui du père modèle encensé depuis toujours par Sam. Le noyau familial de Sam explose de toute part. Sa quête de la vérité va le pousser dans ses derniers retranchements, loin des limites légales.

La plume de Fabio est envoutante, fine et délicate. Malgré l’horreur décrite, elle reste sobre, l’imagination du lecteur faisant le reste. Quelques (rares) auteurs proposent une playlist pour accompagner leur lecture. Fabio en fait partie, rendant l’immersion totale. A chaque fois, c’est un voyage au fin fond de l’horreur, emmitouflée dans une bulle de mots et de musique, coupée du monde et de la réalité. J’adore cette sensation inédite.

Fabio nous propose un thriller nerveux, dynamique, où les relations humaines en sont le cœur. Le travail de documentation est toujours aussi impressionnant, Fabio pousse très loin son analyse, c’est un régal pour le lecteur.

D’ailleurs, en fin d’ouvrage, Fabio nous propose un retour détaillé de son entretien avec Alain Brunache, ancien commandant de la brigade criminelle de la PJ de Nice. Passionnant, j’ai trouvé ce partage vraiment important pour expliquer le cheminement de Fabio dans ses recherches, mais aussi pour l’apport de détails techniques et scientifiques qui ont régalés la lectrice avide que je suis.

Bringuebalé dans les méandres de l’enquête où le suspense et les rebondissements impriment un rythme de fou, pas de doute, c’est un page turner immersif qui vous attend. Mettez de côté votre vie sociale et dégagez-vous du temps, c’est un conseil. J’ai mis moins de 24 heures pour le dévorer.

#LeLoupDansLaBergerie    #FabioMitchelli   #RobertLaffont    #FranceLoisirs

le loup dans la bergerie1663010281..jpg

En bref :

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : Fabio, tout simplement ! L’un de mes auteurs préférés. Je me jette sur chacun de ses livres les yeux fermés.

Auteur connu : vous pouvez retrouver les chroniques des romans de Fabio dans l’onglet « Mes lectures » du blog.

Émotions ressenties lors de la lecture : de l’angoisse, de l’effroi, de la peur, de la crainte, la palette d’émotions noires est large et oppressante. Un roman de Fabio n’est jamais une promenade de santé, le but étant de mener le lecteur dans les bas-fonds de l’humain. Il en résulte un plaisir de lecture savouré du premier au dernier mot, chaque chapitre étant une bulle de bonheur.

Ce que j’ai moins aimé : déjà fini 😭?? Comment je vais faire pour attendre le prochain 😭😭??

Les plus : la plume, le fait de partir d’un fait réel, la passion qui se dégage des mots, les personnages, la construction, le fait de proposer une playlist.

3 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s