« Juste une balle perdue » de Joseph D’ANVERS

Informations :

Titre : juste une balle perdue

Auteur : Joseph d’Anvers

Éditeur : Rivages

Nombre de pages : 272 pages

Format  et prix : broché 20 € / numérique 14.99 €

Date de publication : 8 janvier 2020

Genre : littérature noire

Résumé :

Roman veut devenir boxeur. Il se rêve déjà professionnel lorsqu’il intègre une prestigieuse académie qui fera de lui un champion. Un soir, il rencontre Ana, une jeune fille qui va changer sa vie. Entre drogues, sexe, alcool, amour et délinquance, ces deux écorchés vont s’offrir une parenthèse enchantée. Mais tout tourne très vite au cauchemar. Comme s’il était impossible d’échapper à son destin. Juste une balle perdue raconte cette saison entre paradis et enfer.

Mon avis :

❤️ Et un coup de cœur, un !! ❤️

Une belle histoire d’amour, cela vous va ? On est parti ?

Roman, 18 ans, a intégré l’Académie de boxe, où son avenir semble tout tracé. Son talent de boxeur n’est pas à démontrer. Il enchaine les entrainements, les combats, le tout accompagné d’une qualité de vie irréprochable. Jusqu’au jour où les sirènes de la fête vont sonner à la porte de sa conscience. Au cours d’une soirée, ses yeux vont rencontrer ceux d’Ana. Et à partir de cette seconde, il n’y aura plus qu’Ana dans la vie de Roman.

Il quitte l’Académie pour s’installer avec Ana et sa bande, qui vivent dans une luxueuse villa, sous la protection d’un homme d’affaire riche et puissant, Igor. Celui-ci offre une existence de rêve à ses « Anges », en contrepartie de quelques services. Roman va accepter de devenir un ange, lui aussi, par amour pour Ana, sans trop savoir au départ à quoi cela correspond.

Un roman que je n’ai pu lâcher. Une histoire sombre, noire, mais tellement belle. Jusqu’où peut-on aller par amour ? Est-on libre quand on aime ? Peut-on réfléchir lorsqu’on est amoureux ? Pas sûr. Car Roman a ressenti dès le début cette angoisse poindre son nez et grandir au fond de ses entrailles, mais il a été bien incapable de la prendre en compte. Il s’est jeté dans l’inconnu, peu importe où cela allait le mener, pourvu qu’il soit avec Ana.

Roman et Ana, les Bonnie and Clyde contemporains, deux étoiles filantes, qui vont s’aimer passionnément. Entre alcool, drogue, sexe, notre couple grille la chandelle par les deux bouts. Les personnages, que ce soit nos deux protagonistes, comme les secondaires gravitant autour d’eux (dans une moindre mesure toutefois), sont façonnés, ciselés juste ce qu’il faut pour que le lecteur puisse les cerner.

Des incursions dans le passé de Roman vont nous le rendre encore plus touchant et apporter un punch supplémentaire. Ana sera le baume réparateur de Roman. J’aurai aimé en savoir également un peu plus sur Ana, le peu dévoilé m’ayant laissée sur ma faim.

L’écriture est tout simplement envoûtante, percutante et poétique. Je me suis immergée dans le récit, il m’a enveloppée, je me suis laissée porter. Je suis arrivée à la dernière page sans m’en apercevoir, vite, trop vite, submergée par les émotions. J’ai lu à la vitesse où les personnages vivent : intensément, passionnément, tambour battant.

Le principe de narration avec l’emploi du « Je » nous met directement à la place de Roman. J’apprécie de plus en plus ce type de construction, car en général, je ne fais plus qu’un avec le roman.

Une lecture émotion, bouleversante, qui s’insinue dans la tête et dans le cœur. Un livre écrit avec les tripes et qui se lit avec les tripes. Un roman noir, parsemé de violence sourde, de celle qui décontenance. Mais où l’amour a également toute sa place, rendant l’ensemble délicat et magnifique. C’est pourquoi cette lecture est un coup de cœur pour moi.

La liberté, l’amour, les choix de vie, l’impact de l’enfance sur l’adulte, tous ces thèmes sont posés et traités, avec subtilité, certes, mais également sans filtres.

Une lecture que je conseille vivement à tous les amateurs de romans noirs.

« Elle s’appelait Ana et j’ai su dès le départ que ça allait merder. »

Je remercie chaudement les Éditions Rivages et BePolar pour cet envoi et cette magnifique lecture.

#justeuneballeperdue    #JosephdAnvers   #Rivages   #BePolar

juste une balle perdue844113762..jpg

En bref :

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : le résumé. « Parenthèse enchantée », ça a fait tilt dans mon esprit, ne me demandez pas pourquoi !

Auteur connu : Joseph est auteur, compositeur, interprète. « Juste une balle perdue » est son 3ème roman. Je ne le connaissais pas. Une très très belle découverte !!

Émotions ressenties lors de la lecture : je suis passée par toutes les émotions possibles, je crois. La crainte, l’inquiétude, l’angoisse, mais également l’espoir, la joie, l’envie, l’admiration. Je ne vous parle pas de l’émotion ressentie à la fin, sinon ça la spoilerait…

Ce que j’ai moins aimé : un roman qui se lit trop vite.Je n’avais pas envie de quitter les personnages. J’étais tellement bien avec eux.

Les plus : l’écriture, les personnages, le rythme, l’histoire, les émotions.

5 commentaires

    1. Ah ah !! Oui. C’est du roman noir, on est tres loin de la romance !! Sans BePolar je serai passée a coté de ce livre et de ce coup de coeur. Je te le conseille, il devrait te plaire ! Passe une bonne journée bises.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s