« A pas de loup » d’Isabelle VILLAIN

Informations :

Titre : à pas de loup

Auteur : Isabelle Villain

Éditeur : Taurnada

Nombre de pages : 256 pages

Format  et prix : broché 9.99 € / numérique 5.99 €

Date de publication : 14 janvier 2021

Genre : thriller

Résumé :

Lorsque Rosalie, Philippe et leur petit Martin, âgé de six mois, décident de s’installer à La Barberie, un éco-hameau niché en plein cœur des Alpes-de-Haute-Provence, c’est bien pour fuir un quotidien devenu trop pesant. Pour tenter une expérience audacieuse. Vivre autrement. En communion avec la terre et en harmonie avec les saisons.
Mais l’équilibre de cette nouvelle vie va un jour se fissurer. Un grain de sable va s’infiltrer, déstabiliser et enrayer cette belle mécanique.
Et ce très beau rêve va se transformer peu à peu en un véritable cauchemar.
Votre pire cauchemar…

Mon avis :

Les deux précédents romans d’Isabelle que j’avais lu mettaient en scène son enquêtrice Rebecca de Lost. Ici, l’auteure nous propose un one shot bouleversant. Ici point de polar mais un thriller qui donne tout son sens au verbe « frémir ».

Juillet 2019. Le hameau de la Barberie est un éco-hameau, où vivent plusieurs familles dans le respect total de la nature, élevant des brebis, des poules, cultivant un potager, et installant des ruches. La vie en communauté s’établit selon des règles harmonieuses. Ce hameau a été créé à la fin des années 90 par Michel, écolo de la première heure.

C’est dans ce cadre bucolique et apaisant que nous attaquons notre lecture. Rosalie, la quarantaine, ingénieure, et Philippe, son mari, ont tout quitté il y a plusieurs années pour vivre à la Barberie et offrir une vie saine à leur fils, Martin, âgé aujourd’hui de 10 ans.

J’ai eu un peu de mal à entrer dans l’histoire, les personnages sont nombreux, il est important de les connaître, comprendre leurs motivations et avoir des informations sur leur vie passée. Mais une fois bien tout en tête, j’ai très vite été confrontée à une histoire totalement dingue. Chaque protagoniste a son rôle à jouer, apportant sa pierre à l’édifice.

Martin disparaît un matin, emmené par son père. Ce dernier compte ramener le petit à la fin de la semaine, il souhaite juste renouer des liens avec son fils qu’il n’a pas vu depuis deux ans. Car Rosalie et Philippe sont séparés et ce dernier à quitté la Barberie. Pourquoi ? Que s’est-il passé ? Plus je m’enfonce dans la lecture, plus je me questionne et plus l’histoire devient effroyable.

Le personnage de Rosalie m’a heurtée. Je ne vais pas vous dire pourquoi, mais franchement, rarement quelqu’un m’a fait ressentir autant d’émotions. Quant au récit, il est incroyable.

C’est avec joie que j’ai retrouvé la plume d’Isabelle et « sa patte » : chapitres courts, personnages complets gravitant autour d’un acteur principal à la psychologie fouillée, rebondissements nombreux et totalement imprévus, écriture fluide, nerveuse, assez visuelle je trouve. Et surtout, agissant dans l’ombre. Je m’explique : avec Isabelle, on ne sait jamais où elle va nous emmener. A pas de loup (c’est l’occasion de le dire), elle pose ses mots et ses émotions, et trace une route mystérieuse dont le lecteur est dans l’impossibilité d’en deviner le point d’arrivée. J’aime cette manière d’introduire le suspense, quasiment insidieusement.

Les thèmes sur lesquels s’appuie notre intrigue sont graves et terriblement actuels. Un reflet de notre société inégalitaire, constamment à la recherche d’un idéal. Un concept de départ qui donne envie de faire ses bagages et de trouver un éco-hameau, comme Robin et Joséphine, un dérapage en règle qui nous permet de réaliser qu’il vaut mieux se méfier de tout le monde finalement.

Un roman qui ne vous laissera pas indifférent, une plongée dans l’horreur. Je ne peux que vous le conseiller !

Je remercie les Éditions Taurnada pour cette lecture.

#APasDeLoup     #IsabelleVillain   #Taurnada

a pas de loup7326124929572947425..jpg

En bref :

Ce qui m’a poussé à ouvrir ce livre : la couverture ! Elle est juste magnifique. L’auteure ensuite. Et enfin, le résumé.

Auteur connu : oui, j’ai lu « Mauvais genre » et « Blessures invisibles » . Je n’ai pas encore eu la chance de rencontrer Isabelle, mais cela viendra !

Émotions ressenties lors de la lecture : de l’enchantement au départ, face à ce mode de vie sain et équilibré. De l’angoisse ensuite, qui s’est rapidement muée en peur et en inquiétude face à la route empruntée.

Ce que j’ai moins aimé : RAS

Les plus : la construction du récit, les thématiques originales, les rebondissements, l’écriture.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s